Puis terre … réemployée par Malakoff-Médéric, beaucoup de Guillaume Sarkozy -Prévoyance

Guillaume Sarkozy, le frère de l'ancien président de la République, recevra une indemnité comprise entre un million et deux millions d'euros lorsqu'il sera démis de ses fonctions de responsable du groupe de prévoyance Malakoff-Médéric en 2015. Ensuite, il ne l'a pas empêché de continuer à assumer les fonctions de représentant des affaires sociales du groupe et du salaire du président de la fondation interne.

Guillaume Sarkozy, le frère de l'ancien président de la République, a reçu entre un million et deux millions de dollars en mai 2015, après avoir été démis de ses fonctions à la tête du groupe Malakoff-Médéric. L'indemnité de départ pour l'euro. Dans un projet de rapprochement stratégique avec un groupe d’assurance. C'est ce que révèle le journaliste François Charpentier dans son livre. Une nouvelle sécurité sociale … de Bismarck à Macron [Version économique].

Au comble de l'histoire, après avoir été remercié, il a été représentant aux affaires sociales de la société et président de la Fondation Malakoff-Medik pour les personnes handicapées, et est resté dans la société avec une rémunération généreuse.

Il aurait dû continuer à recevoir un salaire de 650 000 euros par an.

François Charpentier a expliqué que jusqu'à l'âge de 70 ans, il touchait toujours un salaire de 650 000 euros par an. Sans parler de la distribution de voitures de société.

L'utilisation de grands parachutes ne se limite pas aux dirigeants des principaux groupes du CAC 40. Il existe également quelques exemples dans le domaine de la protection sociale, mais les syndicats et les employeurs assurent la gestion de manière égale. «Un à deux millions d'euros, vous verrez son rôle dans un environnement comme la protection sociale, en particulier dans les retraites qui obligent les gens à faire des sacrifices aujourd'hui», a déclaré François du menuisier européen Microphone 1. « Choqué. "

Les éditeurs d’Europe 1 ont tenté de rejoindre Guillaume Sarkozy. Il ne voulait pas parler, mais l'équipe Malakoff-Médéric-Humanis a peut-être dissimulé l'argent et s'est assuré que le salaire de Guillaume Sarkozy actuel n'était «pas lié» à son patron avant son entrée en fonction en 2015. La rémunération est «discutée et confirmée» par le Comité de nomination et de rémunération, qui, à l'instar de son indemnité de départ, spécifie le groupe.

Laisser un commentaire