de Selon les Français, aucune égalité n'a été trouvée face au cancer. – Assurance décès

Un nouveau couteau pour la cohésion nationale. Malgré les efforts des autorités sanitaires, les Français continuent de penser que les peines doubles, triples ou quadruples sont toujours sévères en matière de cancer. Égalité avant la maladie? Selon les dernières nouvelles de l'évasion Curie-Vi ​​du Cancer Observatory Institute publiées mercredi, sept personnes sur dix ne le croient pas. Près d'un tiers des personnes pensent même qu'il existe un monde entre le bien et le mal, auquel cas il peut être fatal. En 2018, 382 000 nouveaux cas de cancer ont été signalés et plus de 3 millions de Français sont atteints ou souffrent de cette maladie. Ce point de vue n'est pas bon signe pour vivre ensemble …

Source de distorsion entre les patients

Le progrès médical n'est pas un problème. Près de neuf répondants sur dix estiment que le cancer est un traitement meilleur et de meilleure qualité (60%), sinon le niveau de guérison restera stable. Selon un rapport récent de l'Institut national du cancer et du ministère français de la Santé publique, ce rapport a montré une diminution significative de la proportion de décès par cancer – 54% chez les hommes et 25% chez les hommes. Le pourcentage de femmes. Mais même avec une grande efficacité, les Français estiment que leur système de soins ne suffit pas à compenser les inégalités liées au revenu associées au cancer sur leur lieu de résidence (45%) (49% des répondants), le niveau d'information sur le sujet (42%) ou l'isolement personnel (39%). Ce sont tous des facteurs discriminants en matière de prévention et de traitement du cancer.

Par exemple, pour près de la moitié des répondants français, le manque de dépistage du cancer est dû aux difficultés de réservation (21%), à la distance géographique (17%) des centres de dépistage et au manque de capacité financière (12%). Les alertes précoces d'avertissements aux autorités sanitaires ont considérablement augmenté les chances de rétablissement. Pour améliorer l'accès aux professionnels et au suivi médical, la cybersanté est une réponse bienvenue: pour 62% des répondants, la télémédecine peut améliorer l'accessibilité des spécialistes et des soins.

Lire aussiAprès cinq ans de cancer, il est difficile de revenir à une vie normale.

Une autre raison de distorsion entre les patients est la qualité des informations sur lesquelles ils peuvent naviguer dans un univers assez opaque. Pour évaluer les établissements de cancérologie, 60% des Français s'appuient sur des équipements ultramodernes, 49% sont déterminés par le médecin traitant et 27% sont géographiquement accessibles. Mais le professeur Thierry Phillips, président du conseil d’administration de l’Institut Curie, estime que la remise des diplômes n’est pas la meilleure option. «La qualité des soins dépend principalement du nombre de comportements et de l'expérience de l'équipe». Les gens oublient que cette norme n'est ni une connaissance publique ni le fonctionnement de tout le monde …

Tous les traitements sont entièrement remboursés

Français pessimiste? Sans doute. Nombre d'entre eux ont grandement sous-estimé leur unité nationale en matière de santé. Un tiers des personnes pensent que les traitements traditionnels du cancer ne sont pas entièrement couverts par l'assurance maladie, même s'ils le sont. De même, 76% des répondants ne savaient pas que dans les hôpitaux publics, tous les traitements innovants autorisés et proposés en France étaient également intégralement remboursés par Secu.

Las Vegas! Le renversement de la perception n'est pas demain. L’inverse est vrai: de nombreux Français pensent que l’inégalité face au cancer va continuer ou même se creuser à l’avenir. Le problème des grosses sommes d'argent. Pour 43% des répondants, le système de santé ne peut garantir un accès équitable aux thérapies innovantes dans les prochaines années. La population rurale (50%) et les employés et travailleurs (48%) sont particulièrement concernés. Cette fois, il est difficile de les rassurer. "Le prix des nouveaux médicaments augmente, Professeur Thierry Phillips a dit. Au rythme actuel, nous finirons en 2025 avec près de 10 milliards de dollars par an pour les médicaments anticancéreux. L’impact sur le budget de l’assurance maladie affaiblira et mettrait en péril l’égalité d’accès de tous les citoyens à l’innovation et à un meilleur traitement. Trouver une solution est imminent. " La méthode par laquelle l'alerte est émise.

(1) Selon la loi sur les quotas, selon une enquête en ligne menée du 13 au 17 mai 2019, un échantillon représentatif de 1 002 personnes a fait l'objet d'une enquête.

Nathalie Raulin

Laisser un commentaire