Assurance vie et impôt sur le décès: date limite, bénéficiaire, ce que vous devez savoir – Assurance décès

En cas de décès, à quelle vitesse la compagnie d'assurance doit-elle payer?

Quel que soit le nombre de bénéficiaires, le délai prescrit peut aller jusqu’à un mois. En outre, le capital impayé génère automatiquement un taux d'intérêt légal, majoré de 50% au cours des deux premiers mois, puis double le taux d'intérêt légal au cours de ces deux mois. Toutefois, l'article L. 132-23-1 de la loi sur les assurances prévoit également un élément important: cette période ne commence qu'à compter de la réception de tous les documents nécessaires au paiement. Ce sont beaucoup! Par conséquent, il est nécessaire [par courrier recommandé et accusé de réception] d'envoyer une copie de l'acte de décès [se renseigner sur l'hôtel de ville du lieu du décès] et le formulaire d'inscription du contrat d'assurance au souscripteur. -vie [ou, si vous ne l'avez pas encore fait, une déclaration sur l'honneur de perdre ce document]. Chaque bénéficiaire doit également lui fournir une copie de sa carte d'identité ou de son passeport [avec extrait de l'acte de naissance ou de son dossier familial] et une carte d'identité. Secteur bancaire. Si le bénéficiaire n'est pas nommé [par exemple, il est indiqué comme "ma nièce" ou "mon conjoint"], alors l'assureur doit recevoir un acte notoire [déterminé par le notaire responsable de l'héritier] de l'assurance du défunt] ou Un document prouvant la qualité du bénéficiaire [preuve d'impôt, copie PACS …]. Dans certains cas [le bénéficiaire est un adulte ou un mineur protégé, etc.], des documents supplémentaires peuvent être nécessaires. Enfin, la compagnie d’assurance doit être munie d’un justificatif de paiement ou de non-paiement de taxes [articles 806 à III du code général des impôts], à moins que tous les paiements ne soient effectués, tous les contrats d’assurance-vie sont confondus, pas plus de 7 600 €, si le bénéficiaire est un conjoint, Enfants ou petits-enfants.

Comment faire en sorte que chaque bénéficiaire sache?

Pour des raisons personnelles, le souscripteur peut ne pas souhaiter avertir le bénéficiaire de l’existence de son contrat d’assurance vie. Cette attitude était auparavant raisonnable car le bénéficiaire pouvait bloquer le contrat de manière irrévocable en l'acceptant [voir ci-dessus], mais ces dernières années, ce n'est plus le cas. La meilleure façon de le faire est de s’assurer que la rédaction de la clause n’est pas ambiguë et d’informer chaque bénéficiaire, oralement ou par écrit, afin qu’il puisse percevoir facilement le bénéficiaire au moment de son décès. Des économies pour lui. Car même si la compagnie d'assurance est obligée de demander et d'informer le bénéficiaire pour que le contrat soit sans contrainte, il n'est pas rare de faire défaut. Dans tous les cas, ils peuvent demander à AGIRA en leur envoyant une simple lettre avec un certificat de décès.

Si le souscripteur souhaite toujours conserver le "secret" jusqu'au bout, il est judicieux de mentionner dans la clause que le bénéficiaire désignera et consultera le notaire en même temps.

Les économies de contrat peuvent-elles être restaurées dans des actifs immobiliers?

Oui, lorsqu'il n'y a pas de bénéficiaire dans le contrat ou que la prime payée est manifestement exagérée, afin d'exclure son héritier. De manière moins simple, cela se produit lorsque l’un des époux marié sous le régime juridique réduit l’acquisition, ordonne le contrat d’assurance vie et cède l’autre époux bénéficiaire du contrat [cette façon de faire permet: Transferts aux survivants d’une part de l’héritage supérieure au Code civil, notamment en présence d’enfants.] En fait, si le conjoint survivant décède devant le conjoint assuré, la dépréciation de la police doit être réintégrée dans les avoirs sociaux, mais la taxe de succession doit être payée car le contrat a été souscrit et financé par le fonds commun [le ministre a répondu à Bacquet, juin 2010] 29ème]. Pour échapper à cette réintégration, le conjoint doit être en mesure de prouver que ses économies proviennent entièrement des fonds propres détenus avant le mariage ou obtenus par mariage ou par héritage pendant le mariage [s’il prend des précautions, il est facile] de demander à la compagnie d’assurance la clause dite de participation. Décrivez la source de chaque paiement. Si cela n'est pas fait, un conjoint marié sans contrat est intéressé par l'achat d'un contrat d'adhésion conjoint et est résolu au profit du conjoint survivant lors du premier décès.

Laisser un commentaire