Macron veut la sécurité sociale – ajoutez une branche addictive face à face – Assurance dépendance

Le Président de la République espère que la sécurité sociale supportera le cinquième risque, à savoir le recours aux risques. Il n'a pas précisé si la réforme ne concernait que les personnes âgées ou les personnes handicapées.

Comme une atmosphère de déjà vu. Le dimanche 15 avril, lors d'une interview avec BFMTV, RMC et Médiapart, Emmanuel Macron s'est engagé à créer la cinquième branche de la sécurité sociale. " Nous sommes en train de créer la dernière ère de la vie, la soi-disant dépendance ou autonomie réduite. (…), a expliqué le président de la République. La société nationale doit supporter ce financement. C'est un nouveau risque que nous devons développer. "

Nikolai Sarkozy a finalement renoncé à la promesse de créer le cinquième risque pour la sécurité sociale. © Forum économique mondial

Sarkozy a promis

Il y a sept ans, le 10 février 2011, Nicolas Sarkozy, qui occupait le palais de l'Elysée, a fait la même promesse à TF1: Nous déciderons cet été de mettre au point une cinquième mesure de protection incluant les maladies, la retraite, les accidents de la famille et les accidents du travail, qui sont des branches traditionnelles de la protection sociale.. "

Les promesses de campagne se répètent plusieurs fois. Il a finalement abandonné quelques mois plus tard et il pensait qu'il ne pourrait pas se permettre le cinquième fonds dépendant du risque.

Travailler les autres jours n'est pas payé?

Emmanuel Macron n'a pas expliqué comment il compte s'y prendre. Il vient de mentionner la possibilité Mécanisme de sécurité sociale Il ne fait aucun doute sous la forme de cotisations sociales. Ou pas d'autres jours sur le modèle établi en 2004.

Les revenus du premier jour, 2,3 milliards d'euros par an, sont versés à l'autonomie du Fonds de solidarité nationale, qui n'est pas une branche de la sécurité sociale. Près d'un milliard de dollars sont dépensés en paiements d'invalidité, y compris les prestations d'invalidité (PCH).

Droit universel à réparation …

Le président de la République n'a pas non plus précisé l'étendue de la couverture du cinquième risque. Seulement les personnes âgées ou handicapées? Le débat a eu lieu à l’époque de Sarkozy, comme indiqué dans l’un des articles de ce livre, 5 crises, 11 nouveaux sujets dans l'économie contemporaine.

Certains ont demandé l'instauration de droits universels à l'indemnisation, indépendamment de l'âge et de la source du handicap. Ils le considèrent comme une question de principe. Et aussi vu l'opportunité d'améliorer PCH, les critères de récompense sont considérés comme trop stricts.

D'autres craignent que les personnes handicapées ne deviennent les perdants des réformes et cette réforme accordera à tous le même rabais. Leurs besoins de compensation sont maintenant meilleurs que ceux des personnes âgées.

… ou traitement différentiel?

Nicolas Sarkozy a décidé d'accorder aux partisans du traitement différencié. " Je n'ai pas (…) Intention de diluer les personnes handicapées dans la dépendance, Il a expliqué devant le Comité économique, social et environnemental le 8 février 2011. (…) Nous allons seulement aller de l'avant en termes de clarté et adapter les réponses et le financement pour chaque cas. Au final, il n'y a pas de progrès … mais c'est une autre histoire. Franck Seuret

Le cinquième risque est très bientôt

Emmanuel Macron travaille également sur un plan. Les préparatifs auront lieu à la fin du deuxième semestre. Et J'espère qu'entre fin 2018 et 2019, nous pourrons jeter les bases. Il a ajouté que le risque de dépendance.

Laisser un commentaire