Les conditions de bénéficiaires peuvent être remises en question par testament – Assurance dépendance

Une personne a signé un contrat d’assurance vie avec La Poste en 1993 et ​​a désigné une fondation comme bénéficiaire. En 2006, elle a rédigé un testament et l’a remis à l’intention des deux bénéficiaires. Il leur laisse «tous les investissements financiers», y compris ceux ouverts «La Poste». L’assurance vie fait-elle partie de ces «investissements financiers»? Ainsi, cet héritage entraîne-t-il le retrait des conditions bénéficiaires du contrat d'assurance vie? Les deux victimes ont posé ces questions au juge, car après le décès de l'assuré, la compagnie d'assurance a versé le capital attendu de la fondation bénéficiaire [350 000 euros].
de

Dans un premier temps, le tribunal de grande instance de Bayonne a rejeté la demande du bénéficiaire. Légalement, on ne peut pas dire que l’assurance vie soit un investissement financier. Par conséquent, elle ne se soucie pas des testaments. Cependant, la cour d'appel de Pau en a décidé autrement. Elle pense que la Fondation a reçu le mauvais montant car elle a cessé d'être la bénéficiaire du contrat depuis son legs. Par conséquent, elle a ordonné à la Fondation de rembourser le montant des fonds de la compagnie d’assurances et à la compagnie d’assurances de payer les assurés.

Ce qu'il faut retenir

Les conditions bénéficiaires de la police d'assurance vie peuvent ensuite être révoquées par testament. Par conséquent, un testateur qui souhaite éviter que cela ne se produise doit veiller à ne pas utiliser des termes trop généraux dans le testament et à indiquer quels biens ou quels contrats sont affectés par la succession.

Texte juridique et jurisprudence

Laisser un commentaire